xxi.martius.mmxxiv

Ai dévoré L’Apparence du vivant de Charlotte Bourlard. Prix Sade 2022. Une réincarnation de Gabrielle Wittkop en moins guindé. On pense aussi à Rachilde et à ses histoires d’amour étrange pour le moins. Ou à Un chœur d’enfants maudits de feu Tom Piccirilli, pour des raisons moins claires. Peut-être la langue, des phrases courtes, les décors intérieurs. De ce roman élégant de C. Bourlard, je ne retiens pas tant les passages sanglants, anatomiques ou sexuels, que le quotidien touchant du funérarium, les thés, les livres, la musique, l'habillage, les cercueils.

xv.februarius.mmxxiv

 “That grave you’ve dug between your legs / Is hard to resist” — Écoute en boucle “Little Empty Boat” de Nick Cave And The Bad Seeds.

ii.februarius.mmxxiv

“À l’absinthe — verte, émeraude, opaline comme l’intérieur morveux d’une vieille déesse ou d’une aïeule qu’on vient d’ouvrir du sexe à la gorge —, à l’absinthe et au rasoir Van Gogh se coupe l’oreille gauche le 23 décembre 1888, à Arles, dans le sud de la France. Événement banal lorsqu’on sait comment, sept ans plus tard, un vigneron français horrifie l’Europe. En 1905 Jean Lanfray a trente et un ans. Un jour il rentre chez lui après un déjeuner en ville. Suivant son habitude il est ivre d’absinthe. Sa femme Marie-Louise lui demande de traire leurs vingt vaches. Il refuse. Il s’assoit dans la cuisine et se met à boire. Marie-Louise va traire et, à son retour, son mari lui demande de cirer ses chaussures. Elle refuse. Jean finit sa bouteille, puis saisit son fusil et shoote Marie-Louise qui meurt. Arrive Rose, sa fille de quatre ans, qu’il shoote. Puis Jean va chercher Blanche, sa seconde fille, de deux ans, et la shoote. Enfin il retourne son arme contre lui, mais ne parvient qu’à se déchirer la mâchoire. Trois meurtres ? Non, quatre : Marie-Louise attendait un enfant. Le procès de Jean Lanfray a lieu. Un psychiatre belge déclare et conclut : « L’accès de rage de Lanfray, le massacre dont il s’est rendu coupable ne peuvent s’expliquer que parce qu’il buvait de l’absinthe. » À la suite de cette affaire plusieurs pays d’Europe en interdisent la vente et la consommation.” (Extrait de ce que je considère comme mon meilleur texte publié à ce jour : “L’Effroyable Affaire des souffreuses” dans Les Affaires du club de la rue de Rome, La Volte, 2020.) — Écoute ce matin Lacrimae Inferni - Occult Dark Ambient Music - Dark Monastic Chantings - Dark Gregorian Chants.

i.februarius.mmxxiv

Ai lu avec intérêt la newsletter #3 de la Select-Bibliothèque. “Ce doit être l’aspect qui m’attire désormais le plus, vice et décadentisme.” On conseillera également L’Obsession du Matto-Grosso de Christophe Bier, aux éditions du Sandre. — Écoute les vieilles distorsions étranges de cette version d’Edward Scissorhands par Ivan Buenrostro. Vieille nostalgie d’un grenier perdu en rêve, où il ferait bon être à ne rien faire d'autre qu’à regarder les nuages par la béance du toit éventré. Aurais aimé être Tim B. dans les années 90.

xxxi.ianuarius.mmxxiv

Aucune nouveauté depuis un moment. Suis plongé toujours dans l’écriture du livre sur Jack the Ripper. — Cependant une nouvelle va paraître cette année, dans une anthologie nommée Les Nouveaux Déviants, au Diable vauvert. — Ai vu avec beaucoup de plaisir Saltburn d’Emerald Fennell. Esthétique, jouissif, baroque, comme on aime que les films soient. — Écoute BRIQUEVILLE, l’album IIII.

Citation

 « Race éphémère et misérable, enfant du hasard et de la peine, pourquoi me forces-tu à te révéler ce qu’il vaudrait mieux pour toi ne jamais connaître ? Ce que tu dois préférer à tout, c’est pour toi l’impossible : c’est de n’être pas né, de ne pas être, d’être néant. Mais, après cela, ce que tu peux désirer de mieux, — c’est de mourir bientôt. »

Nietzsche, La Naissance de la tragédie

Weird TV : STUFFED | Horror Musical Short Film


“A musical film about a taxidermist who dreams of stuffing a human and a man she meets online so afraid of ageing he volunteers to be her specimen. An unexpected romantic spark between them complicates their plans.”