Bribes 4

Il ne reste plus vraiment de traces de la-prostituée-à-tête-de-cheval. La dernière en date cependant : “Avec ce premier roman, Eymery nous propulse dans un univers complètement gothique, surréaliste et finalement totalement plausible !” — Le carnet de Marguerite. En dehors les publications récentes dans les fanzines Gorezine et Violences ont été fructueuses : trois de mes textes paraîtront en septembre dans Dimension Violences chez Rivière Blanche : merci à Luna Beretta et Artikel Unbekannt pour cette sélection. Le deuxième roman avance fébrilement. Pornarina traitait de la déviance. Celui-ci traitera du sordide. Corps, crimes, mélancolie. Aux Addams qui comme moi sont à la recherche de ces petits livres courts existentiels, horrifiques, criminologiques ou sexuels que nous aimons, je signale Trois crimes rituels, Marcel Jouhandeau, éditions du Chemin de fer, et Mon suicide, Henri Roorda, éditions Allia. J’ai moins apprécié Les Corps ravis, de Justine Arnal, toujours aux éditions du Chemin de fer, pas un mauvais texte, la langue est maîtrisée, Quignard est cité en exergue, ça parle grossesse, enfantement, corps, ça aurait dû me plaire, mais le symbolisme ambiant à la longue m’a usé, cela dit j’encourage la lecture de ce conte qu’on pourrait voir comme du Bertrand Mandico version littéraire.

[Bribes : 1. Restes insignifiants d’un repas, d’un aliment. 2. Petite quantité, fragment qui reste d’un tout.]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire